Fixer un forfait minimum de facturation…

23 March 2021

Forfait minimum facturation

 

Quand on fixe ses tarifs de traduction, il faut définir un montant minimum de facturation.

 

Mon premier forfait minimum était l’équivalent d’une heure de travail et je l’appliquais à tout texte jusqu’à 500 mots. Il a régulièrement augmenté depuis mes débuts. En le fixant à 150 euros, le doute s’est installé. Je m’étais donné un objectif de revenus ambitieux et je n’étais pas certaine qu’émettre des factures de 150 euros soit compatible avec mon objectif.

 

En plus, il y a des jours où j’ai l’impression de faire une multitude de petites « tâches » pour mes clients… pas de notion de projet… sans vraie valeur ajoutée… et toutes ces petites factures à émettre, ça prend du temps… Et soudain, l’idée m’est venue comme un flash ! AUGMENTER ce forfait minimum à 375 euros (l’équivalent d’une demi-journée de travail pour moi). Mais, sur le coup, je n’ai pas osé…

Je pense pourtant que cette idée mérite réflexion :

Pour les petites tâches répétitives, je pourrais proposer un forfait mensuel à mon client ;

forfait qui serait à payer, que le temps soit consommé ou pas (ça forcerait le client à s’organiser et ça me permettrait de mieux utiliser mon temps).

 

Considérer qu’un forfait minimum élevé « filtre » les clients et les projets

et réoriente mon activité sur des projets un peu plus stratégiques où j’ai l’impression d’apporter un plus (du rédactionnel, du conseil) au client ? C’est important pour mon épanouissement au travail.

 

Au niveau positionnement, je trouve ça bien.

Je ne connais pas de consultant, par exemple, qui facture une seule heure de travail.

 

Par Sara

Sara Freitas est l'auteur des Recettes du traducteur. D'origine américaine, elle est traductrice et rédactrice indépendante installée en France depuis 2003.

Les trucs et astuces de la Marmite dans votre boîte mail !

Vous aimeriez peut-être…

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

code